INDUSTRIALISATION

1000 vaches : Parole de ministre contre bon-vouloir de businessman



14.10.2015 Depuis le mois de mai, Michel Ramery possède, en toute illégalité, 250 à 300 vaches de plus qu'autorisé. Pourtant, il n'a toujours pas payé le moindre centime de l'amende journalière à laquelle il a été condamné, et n'en a pas subi les conséquences auxquelles n'importe quel citoyen pourrait s'attendre. Mais, rassurant, le ministre de l'Agriculture promettait alors que cela ne se passerait pas comme ça, et qu'il lui faudrait se mettre en conformité avant de pouvoir imaginer demander l'autorisation d'augmenter son troupeau. Mais voilà, il y a la parole d'un ministre et il y a les volontés de la 360e fortune de France… L'enquête publique pour l'autorisation de porter le troupeau à 880 vaches débutera le 2 novembre.

C'est donc en pleine crise agricole et au moment de la conférence internationale pour le climat que Michel Ramery veut se payer le luxe de voir légaliser son troupeau. Il avait d'ailleurs fait légaliser son installation de la même manière pour amener ses premières vaches. Il est désormais clair qu'un industriel qui cherche à s'enrichir au détriment des paysans peut tranquillement mépriser les lois et les citoyens. On est bien loin de la réalité des éleveurs qui subissent des contrôles en série, et leurs conséquences financières, pour le moindre bout de prairie.

La Confédération paysanne a été condamnée pour avoir pris ses responsabilités en stoppant ce qui n'était alors que le chantier des 1000 vaches. Dans son délibéré en appel, le juge a cependant choisi des peines symboliques, arguant que les neuf militants avaient agi en lanceurs d'alerte. Il semble que cela n'ait pas été suffisant... Sans un arrêt immédiat de la procédure d'autorisation à 880 vaches et une action contraignante pour ramener le troupeau à 500 vaches, la Confédération paysanne est prête à prendre à nouveau ses responsabilités.

LE SYNDICAT PRÈS DE CHEZ VOUS
Pour connaître la délégation locale la plus proche :
MOBILISATIONS
Pétition : pour une justice vraiment accessible
Si le projet de loi de programmation de la justice va à son terme, tous les tribunaux seront concernés. Ce projet ...
en savoir +
LA CONF SUR LE WEB
Suivez-nous sur Twitter !Suivez-nous sur Facebook !Google+ Flux rss des communiqués de presse
Mentions légales
Copyright 2012 - Tous droits réservés - Confédération Paysanne