MOBILISATION

Bure : la pression monte



11.05.2017 Le 2 mai devait être jugé le cas de Jean-Pierre Simon, paysan de la Confédération paysanne concernant l'occupation soi-disant illégale du Bois Lejuc et qui devait statuer sur le tracteur et la bétaillère, séquestrés depuis près d'un an par la justice.

Le procès a été renvoyé au 12 septembre 2017. Nous regrettons ce renvoi, mais nous continuerons à nous battre pour Jean-Pierre et tous les militants en lutte soient reconnus comme des lanceurs d'alerte. Cependant la pression doit retomber dans la zone, en effet l'Etat transforme le territoire en prison.

Nous dénonçons l'omniprésence policière qui harcèle les militants et les habitants des villages de Bure et des environs. Ce harcèlement est une gêne pour travailler, échanger et vivre tout simplement.

Nous dénonçons également l'absence de signes d'apaisement de la part de la justice. Pourtant, il est indispensable de trouver une solution afin de rendre le tracteur et la bétaillère de Jean-Pierre Simon dès lors que les travaux d'été commencent. Cette séquestration met une ferme de plus en danger sur le territoire. Est-ce un moyen de se débarrasser d'un paysan gênant pour l'ANDRA ?

Face à cette pression qui monte unilatéralement, la Confédération paysanne demande à l'Etat de retrouver le chemin de la raison. Environ 400 personnes, pour la plupart des paysans, ont manifesté leur soutien à Jean-Pierre Simon le 2 mai. 7500 personnes ont signé la pétition en ligne de soutien.

Notre mobilisation ne fait que commencer et nous nous gardons le droit de répondre à ces provocations si nos revendications ne sont pas entendues. 

MOBILISATIONS
10 JOURS POUR SIGNER
A partir du 1er décembre, Amnesty International lance sa campagne "10 JOURS POUR SIGNER".
en savoir +
LE SYNDICAT PRÈS DE CHEZ VOUS
Pour connaître la délégation locale la plus proche :
Mentions légales
Copyright 2012 - Tous droits réservés - Confédération paysanne