PRIX

Vœux au monde agricole : le Gouvernement doit maintenant passer aux actes !

Theix . 26.01.2018 . Les éleveurs manifestent en marge des voeux


26.01.2018 Dans un discours s'adressant aux « paysans » puis aux « agriculteurs », le président de la République a évoqué trois questions clefs pour le monde agricole : le prix, la mondialisation et enfin la transition agricole.

Pour la Confédération paysanne, la question du revenu des paysannes et paysans doit être la pierre angulaire de toute vision politique. Nous prenons acte des engagements réaffirmés par Emmanuel Macron sur cette question. Nous souhaitons les retrouver dans le projet de loi issu des États généraux de l'alimentation, présenté la semaine prochaine en Conseil des ministres.

Le rappel à l'ordre du président de la République sur les négociations commerciales en cours dans chaque filière qui ne respectent pas la Charte signée par tous les acteurs, démontre qu'il faut que cette loi redonne à l'État un réel rôle d'arbitre. A défaut, le « combat pour la valeur » restera un vœu pieux.

Sur la question de la mondialisation, pudiquement appelée le « combat de la transformation pour l'ouverture », la Confédération paysanne continuera à s'opposer fermement aux accords de libre-échange. Emmanuel Macron ne peut se contenter d'incantation et de figures de styles : il doit mettre un terme aux négociations en cours. Il a évoqué certaines « lignes rouges », quelles sont-elles ?

Quant au « combat pour la planète », c'est celui de la Confédération paysanne depuis longtemps en défendant notamment un modèle d'agriculture paysanne avec des paysannes et des paysans plus nombreux sur les territoires. C'est aussi le sens de son combat pour préserver et développer le pastoralisme. Là encore, nous avons besoin de moyens pour organiser la transition agricole. Nous espérons que Stéphane Travert a pris bonne note du discours et cessera constamment de saborder les aides à la transition.

La Confédération paysanne a profité de ces vœux pour organiser une manifestation afin d'interpeller Emmanuel Macron sur le problème de la prédation par les loups et les ours. La situation est grave et la colère gronde dans les campagnes. Une centaine de paysans accompagnés de brebis, ont bravé un dispositif sécuritaire hors norme. Nous nous félicitons qu'après de nombreuses actions et rendez-vous, le Président ait enfin pris la mesure de la situation en montrant son attachement au pastoralisme. Là encore il va falloir que ses ministres suivent et posent des actes à la hauteur du désespoir paysan !

POUR ALLER PLUS LOIN
LE SYNDICAT PRÈS DE CHEZ VOUS
Pour connaître la délégation locale la plus proche :
LA CONF SUR LE WEB
Suivez-nous sur Twitter !Suivez-nous sur Facebook !Google+ Flux rss des communiqués de presse
Mentions légales
Copyright 2012 - Tous droits réservés - Confédération Paysanne