AGROCARBURANTS

La France encore plus mauvaise que l’Europe

22.10.2012 La Commission européenne vient d'annoncer le plafonnement à 5 % du taux d'incorporation d'agrocarburants (dits de première génération) dans le gasoil et l'essence. Elle prend enfin acte des nombreuses études mettant en cause la responsabilité des agrocarburants industriels dans l'accaparement des terres, la déforestation et l'accentuation de la volatilité des prix agricoles compromettant la sécurité alimentaire mondiale.

La Confédération paysanne veut y voir une première étape vers l'abandon pur et simple de tout objectif d'incorporation qu'elle appelle de ses vœux, et regrette que la Commission ne tire pas dès aujourd'hui toutes les conclusions de ses constats.

De son côté, le gouvernement français se contente d'une "pause dans l'utilisation des biocarburants" et maintient le taux d'incorporation à 7 %, soit plus que l'Europe.

La Confédération paysanne dénonce le double langage du gouvernement français qui, tout en reconnaissant les effets néfastes des agrocarburants, persiste dans des objectifs d'incorporation plus élevés que l'Europe. Pire, il accorde aux industriels un cadeau de plusieurs centaines de millions d'euros pour la période 2013-2015, en leur renouvelant pour ces trois années les agréments dont ils bénéficiaient depuis 2006. Ainsi, alors qu'au terme de six années de pleine production les agréments s'éteignaient comme initialement prévu dans le plan « biocarburants » des gouvernements précédents, les industriels vont à nouveau bénéficier de la défiscalisation, aux frais du contribuable, pour trois années de pleine production.

Pour la seule année 2013, la société Sofiproteol, qui emploie moins de 500 salariés à l'extraction et l'estérification des huiles végétales destinées au Diester®, va toucher 64 millions d'euros de plus que ce qui était initialement prévu, soit plus de 128 000 euros par salarié !

Seule bonne nouvelle dans les déclarations gouvernementales, l'annonce de la suppression au 31 décembre 2015 de la défiscalisation, part de la TIC (Taxe intérieure de consommation, ex-TIPP) que les automobilistes paient à la pompe mais à laquelle l'Etat renonce au profit des industriels. Mais que ce passera-t-il au 1er janvier 2016, alors que l'absence de rentabilité de ces filières se posera exactement dans les mêmes termes qu'aujourd'hui ?

POUR ALLER PLUS LOIN
LE SYNDICAT PRÈS DE CHEZ VOUS
Pour connaître la délégation locale la plus proche :
MOBILISATIONS
Projet de loi agriculture et alimentation : la Confédération paysanne mobilisée
en savoir +

Pétition : pour une justice vraiment accessible
Si le projet de loi de programmation de la justice va à son terme, tous les tribunaux seront concernés. Ce projet ...
en savoir +
LA CONF SUR LE WEB
Suivez-nous sur Twitter !Suivez-nous sur Facebook !Google+ Flux rss des communiqués de presse
Mentions légales
Copyright 2012 - Tous droits réservés - Confédération paysanne