RELOCALISATION : NOS POSITIONS

Autonomie pour les paysans, produits de qualité pour les consommateurs


Clarifier l'usage du terme « produit fermier » et inclure, dans sa définition, les conditions de production qui limitent de fait la taille des ateliers : interdiction de méthodes industrielles ou intensives, utilisation de races locales, respect de la saisonnalité... Il s'agit de critères compris et acceptés par les producteurs et les consommateurs car ils ont une incidence directe sur la qualité des produits, l'environnement et la société.
Maintenir les abattoirs et ateliers de transformation de proximité, favoriser la création d'abattoirs à la ferme ou de petite taille.
La relocalisation concerne aussi les circuits longs : les paysans doivent recréer des coopératives dont ils ont la maîtrise et ne pas laisser partir les dernières coopératives à taille humaine dans le giron des grands groupes. Pour cela, il faut refuser les collusions d'intérêt entre syndicats agricoles et industriels et inciter les élus locaux à trouver des solutions de reprise indépendamment des groupes industriels.
Modification du Code des marchés publics pour que les collectivités territoriales puissent faire des appels d'offres de produits locaux.
La relocalisation doit s'inscrire dans le cadre de la PAC*, avec des mesures qui favorisent les petites fermes et les circuits courts.
Gagner des normes adaptées à l'agriculture paysanne : des normes d'hygiène spécifiques doivent être mises en place pour les producteurs fermiers au niveau européen et dans l'application nationale. Adaptées à leur niveau de production – et non à celui de l'industrie –, elles doivent évidemment déboucher sur une simplification administrative. Les contrôles des autorités sanitaires doivent également être appropriés et strictement encadrés. Les règles environnementales doivent être cohérentes pour ne pas éliminer, de fait, les petites fermes.
Réimplanter une agriculture paysanne dans les ceintures vertes des grandes agglomérations pour nourrir les personnes qui y vivent, relocaliser les échanges et recréer du lien social entre les consommateurs et les producteurs. Cela passe par l'incitation des élus locaux à mettre en œuvre des politiques foncières volontaristes dans ces zones et à donner la priorité, dans les instances professionnelles de l'installation agricole, aux projets axés sur des circuits courts ou locaux.
 
 
A télécharger

RELOCALISATION - Autonomie pour les paysans, produits
de qualité pour les consommateurs


MOBILISATIONS
10 JOURS POUR SIGNER
A partir du 1er décembre, Amnesty International lance sa campagne "10 JOURS POUR SIGNER".
en savoir +
LE SYNDICAT PRÈS DE CHEZ VOUS
Pour connaître la délégation locale la plus proche :
Mentions légales
Copyright 2012 - Tous droits réservés - Confédération paysanne