MOBILISATIONS

Projet de loi agriculture et alimentation : la Confédération paysanne mobilisée



Sans surprise, l'Assemblée nationale vient d'adopter le projet de loi agriculture et alimentation. Ce texte, la Confédération paysanne l'a dit depuis le début des débats, est encore bien trop loin de l'ambition des États généraux de l'alimentation et de l'urgence pour le revenu paysan et la transition agricole.
 
La Confédération paysanne se félicite de l'adoption de l'article 14 ter sur les préparations naturelles peu préoccupantes (PNNP), bataille qui dure depuis plus de 10 ans ! Cet article, s'il est confirmé au Sénat, va permettre d'élargir la liste des plantes et parties de plantes pouvant entrer dans la composition des PNPP* de manière immédiate. Aujourd'hui, seules 148 plantes sont autorisées, limitant le champ d'action possible avec ces préparations, alternatives aux pesticides. Nous serons donc vigilants lors de l'examen du texte au Sénat pour que cette avancée considérable soit définitivement confirmée dans la loi, d'autant que le gouvernement avait déposé un amendement de suppression, que le Ministre Stéphane Travert a retiré en séance publique.
 
Dans la nuit de dimanche à lundi, les députés ont adopté l'article 13 quinquies issu d'une proposition de la Confédération paysanne pour l'expérimentation d'abattoirs mobiles pendant les quatre prochaines années. Il s'agit d'une vraie première avancée apportée par ce projet de loi. Elle permettra de lever enfin les blocages aux nombreux projets d'abattage de proximité portés sur les territoires, malgré l'opposition virulente du lobby des abattoirs industriels. Le développement de ces abattoirs mobiles assurera une réduction des temps de transport des animaux et le déploiement des circuits courts de proximité, aujourd'hui limitée par le manque d'outils d'abattage.
 
L'Assemblée nationale a achevé l'examen du titre 1 par un débat capital pour ce projet de loi qui prétend vouloir redonner du revenu aux paysannes et paysans : celui du prix abusivement bas. Ce mécanisme, porté par la Confédération paysanne depuis le début des États généraux de l'alimentation, consiste à interdire à l'aval d'acheter des produits agricoles en-dessous de leur prix de revient. Contrairement à la contractualisation qui concerne essentiellement la filière lait, ce mécanisme aurait pu bénéficier à tous les paysans !
 
Le projet de loi pour « l'équilibre des relations commerciales dans le secteur agricole et alimentaire et une alimentation saine et durable », dont l'examen débute ce mardi 22 mai à l'Assemblée nationale, ne traduit pas l'ambition exprimée lors des Etats généraux de l'alimentation (EGA) de redonner du revenu aux paysannes et paysans pour permettre une réelle transition agricole.
LE SYNDICAT PRÈS DE CHEZ VOUS
Pour connaître la délégation locale la plus proche :
MOBILISATIONS
Pétition : pour une justice vraiment accessible
Si le projet de loi de programmation de la justice va à son terme, tous les tribunaux seront concernés. Ce projet ...
en savoir +
LA CONF SUR LE WEB
Suivez-nous sur Twitter !Suivez-nous sur Facebook !Google+ Flux rss des communiqués de presse
Mentions légales
Copyright 2012 - Tous droits réservés - Confédération paysanne