Home > Campagnes solidaires > n° 372 - mai 2021
Partager sur :

CAMPAGNES SOLIDAIRES


Campagnes solidaires est le mensuel de la Confédération paysanne, engagé avec les paysans et les acteurs du mouvement social dans l'émergence d'autres mondes possibles.

C'est un point de ralliement pour ceux qui veulent comprendre les réalités de la vie et des luttes paysannes dans le monde et ici en Europe.

C'est aussi un espace pour ceux qui veulent s'exprimer sur ces réalités et la manière d'agir sur elles.

Informer, c'est contribuer au débat sur les sujets de société tels que les OGM, la sécurité alimentaire et la mondialisation...

Campagnes Solidaires, notre, votre journal, tente chaque mois de restituer les résistances et les espoirs de ces luttes. Nous avons besoin de vous pour continuer ce combat.

Le numéro du mois

n° 372 - mai 2021
Editorial Sommaire
Dossier
Archives

Dossier

Valoriser les jeunes animaux de la filière laitière


Les dossiers sont disponibles en téléchargement trois mois après parution [voir dans la rubrique ARCHIVES]

Des cabris sous la mère. Le jour où j'ai découvert cette pratique dans un élevage pastoral des Hautes-Alpes, je me suis dit que c'était logique, que ça faisait sens avec ma vision de l'agriculture paysanne. Dès notre installation en 2008, nous avons fait le choix d'élever nos chevreaux sous la mère, avant de démarrer la transformation fromagère. Une partie est vendue en direct sous forme de colis de viande, à trois mois, une autre partie part comme futurs reproducteurs de la race du Rove et le reste est vendu en vif, à 10kg, à un abattoir commercial – un des trois qui existe en France pour toute la filière.

Bien sûr, économiquement, c'est discutable. Pourtant, nous ne voulons pas faire autrement. Nous préférons trouver les solutions pour que notre petite ferme perdure dans cette démarche, et œuvrer localement à la reconnaissance de cette viande en la considérant comme une autre production de notre élevage.

Hormis les colis de viande, nous proposons aussi merguez et viande hachée, mais ce n'est pas chose facile quand les outils de travail - abattoir et atelier de découpe - sont à 1h30 de route. C'est pourquoi une partie rejoint le circuit classique des abatteurs commerciaux. Et c'est là que nous nous heurtons à la réalité du marché : il n'y a actuellement aucune différence de prix entre nos chevreaux élevés sous la mère en bio et ceux issus des engraisseurs au lait en poudre. Ceux-ci nous sont payés entre 2,50€ et 3,30€ du kilo vif, suivant les cours, et revendus pour l'export, Italie et Portugal ou en GMS pour Pâques, cette viande étant peu consommée en France.

Nous travaillons sur la génétique du troupeau, essayant de garder plutôt des chevrettes issues de naissance simple, en vue d'abaisser le taux de prolificité et donc le nombre de chevreaux par an. Un abattoir local nous permettrait aussi d'améliorer nos revenus.

Alors certes, la conjoncture chamboule la filière et met des paysan·nes en difficulté, ce qui n'est pas tolérable, mais elle pose aussi les bonnes questions, notamment le besoin de repenser cette filière « lait » en prenant à bras le corps le devenir des chevreaux, mais aussi des agneaux et des veaux. Notre travail doit être mieux valorisé et plus humain.

De multiples solutions sont possibles. C'est d'ailleurs là le talon d'Achille de ce concept de filière qui impose une voie unique à l'agriculture depuis la fin de la seconde guerre mondiale. Il est urgent d'apporter de nouveaux regards pour faire évoluer la formation et les futures installations. Chaque territoire, chaque ferme, chaque race a ses spécificités, ce qui fait la richesse de l'agriculture paysanne. C'est à nous, paysannes et paysans, de nous réapproprier la diversité de nos productions et de ne plus considérer nos animaux comme des sous-produits, en proposant des pistes de réflexion et en communiquant sur nos besoins et nos solutions afin de sortir de cette impasse et de répondre aux attentes de la société.

Annabelle Wurbel,
chevrière dans la Drôme

TROUVEZ UNE CONF'
NOUS CONTACTER Mentions légales
Copyright 2018 - Tous droits réservés - Confédération paysanne
104 Rue Robespierre, 93170 Bagnolet - Tél +33 1 43 62 04 04