POLITIQUES AGRICOLES

Pour une PAAC post 2020 en faveur de l’emploi paysan, de la vitalité des territoires et d’une alimentation de qualité



24.09.2018 Ce 25 septembre, les ministres de l'Agriculture de l'Union européenne, en réunion informelle en Autriche, débattront de la PAC* post 2020. Pour apporter de la vitalité dans les territoires et produire une alimentation de qualité, la Confédération paysanne rappelle que la solution réside dans la transition des modèles agricoles européens vers l'agriculture paysanne.

Le projet de la Commission européenne, paru en juin dernier, met en avant les technologies numériques, la bioéconomie et l'agriculture intelligente comme solutions aux défis climatiques, environnementaux, alimentaires, sociaux et territoriaux de l'agriculture. Or, le développement du numérique ne garantit pas la préservation des ressources naturelles, d'autant que ces technologies sont fortement consommatrices d'énergie et coûteuses en investissements. Numérique et agriculture intelligente ne doivent donc pas être des fins en soi mais des outils au service des paysan-n-es pour développer leurs capacités d'initiative, d'autonomie et d'organisation collective. Sans compter que leur financement, via des fonds publics, ne permettra pas d'assurer le revenu des paysan-ne-s.

De plus, où est passée, dans ce projet, la vocation alimentaire de l'agriculture européenne pour sa population ? Elle doit rester une priorité. Ce qui signifierait d'aller vers la fin des exportations de produits à faible valeur ajoutée et des subventions, via la PAC*, pour les cultures non alimentaires. Les paysan-ne-s ont besoin d'un prix juste et stable pour maintenir et développer leur activité. Pour cela, il est urgent de mettre en place les outils de maîtrise des productions et de régulation des marchés et non de se limiter à la gestion, via les organisations de producteurs.

Pour résister aux aléas climatiques, c'est la transition des systèmes vers des modèles plus diversifiés et résilients qu'il faut engager et non se retrancher derrière les assurances « revenu » ou « climatique » qui ne résolvent rienet ont déjà largement montré leurs limites. De même, l'épargne de précaution ne sera guère une solution pour les paysan-ne-s qui, faute de revenus suffisants, ne pourront pas épargner. Pour accompagner les paysan-ne-s en cas de crise, il est nécessaire, au contraire, d'enclencher une transition et de mettre en place des outils réactifs, collectifs et solidaires.

L'agriculture peut être source d'aménités pour l'environnement, le climat, fournir une alimentation de qualité et permettre d'avoir des territoires vivants grâce à des paysan-ne-s nombreux sur des fermes nombreuses, comme le propose l'agriculture paysanne. La Confédération paysanne appelle donc les Ministres de l'agriculture de l'UE* à prendre en compte les défis auxquels fait face l'agriculture et la nécessité d'encourager le changement de modèle de production agricole vers l'agriculture paysanne.

 

Nos propositions pour la PAAC 2020


En téléchargement :

    Plateforme Pour une Autre Pac : les 12 priorités
MOBILISATIONS
10 JOURS POUR SIGNER
A partir du 1er décembre, Amnesty International lance sa campagne "10 JOURS POUR SIGNER".
en savoir +
LE SYNDICAT PRÈS DE CHEZ VOUS
Pour connaître la délégation locale la plus proche :
Mentions légales
Copyright 2012 - Tous droits réservés - Confédération paysanne