Home > Communiqués de Presse > Ré-autoriser les néonicotinoïdes ne protègera pas les paysan.ne.s
Partager sur :

COMMUNIQUE DE PRESSE

Ré-autoriser les néonicotinoïdes ne protègera pas les paysan.ne.s

06.10.2020

Si l'Assemblée nationale vient d'adopter le projet de loi ré-autorisant les néonicotinoïdes, la bataille continue contre ce texte qui doit maintenant être débattu au Sénat.

Si le gouvernement semble parfaitement assumer ce recul environnemental, il est faux de dire que cette dérogation est mise en place pour protéger les producteurs et productrices de betteraves. Ce texte est au service d'une filière agro-industrielle qui va pouvoir continuer à fonctionner comme avant et ce en poursuivant la pression aux rendements et aux prix bas pour les paysan.ne.s. C'est la surproduction pour alimenter le marché international,choisie et organisée par les industriels, qui impose une situation catastrophique aux producteurs et productrices. C'est ça que le Ministre de l'Agriculture nomme « souveraineté agro-alimentaire » !

Au contraire, défendre la souveraineté alimentaire c'est arrêter de répondre à chaque épisode climatique ou sanitaire par de vieux artifices, comme ici les néonicotinoïdes, et accepter enfin de s'attaquer frontalement aux racines du problème. Avec une telle logique court-termiste, le gouvernement envisagerait-il demain de proposer de réintroduire les hormones de croissance ou laitières pour pallier l'effet des sécheresses récurrentes sur la production de nos animaux ?!

Ce gouvernement et cette majorité n'ont donc rien retenu des crises sociales passées et de la crise sanitaire actuelle. Les urgences sociales et écologiques ne peuvent être dissociées sous peine de ne rien réussir. Avec de telles décisions « le monde d'après » sera plus violent, plus inéquitable et encore moins vivable : bravo à vous !

Pour répondre aux aléas climatiques, sanitaires et économiques ce qu'il faut c'est un cadre protecteur pour lespaysan.ne.s. Ce qu'il faut c'est réguler, maîtriser, répartir et favoriser enfin des solutions plus résilientes pour permettre la transition écologique, plutôt que produire plus. C'est ce que la Confédération paysanne va continuer à demander en interpellant maintenant les sénateurs et sénatrices.


Contacts :
Nicolas GIROD - Porte-parole de la Confédération paysanne - tél: 06 07 55 29 09
Damien HOUDEBINE - Secrétaire national - tél: 06 64 29 17 79
Caroline NUGUES - Chargée de communication - tél: 06 95 29 80 78
POUR ALLER PLUS LOIN
TROUVEZ UNE CONF'
CAMPAGNES SOLIDAIRES
NOUS CONTACTER Mentions légales
Copyright 2018 - Tous droits réservés - Confédération paysanne
104 Rue Robespierre, 93170 Bagnolet - Tél +33 1 43 62 04 04